Maladie de Lyme et huiles essentielles : une puissance surprenante!

La maladie de Lyme ou borréliose de Lyme est une maladie infectieuse, non contagieuse, causée par une bactérie, Borrelia burgdorferi, transmise par des tiques, Ixodes scapularis (aussi appelée tique du chevreuil). La maladie de Lyme a été décrite pour la première fois en 1975, bien qu’elle eût déjà été observée depuis de nombreuses années en Europe. Elle a été nommée à la suite de nombreux cas d’arthrite qui avaient été constatés chez des enfants et des adultes de la ville de Lyme au Connecticut.


Ce n’est qu’en 1982 qu’un entomologiste américain a conclu que les tiques étaient responsables de l’infection. Il a fait le lien entre la présence des bactéries de type spirochètes dans le tube digestif des tiques et leur présence dans le liquide articulaire des malades. De 7 à 14 jours après la piqûre de tique, une éruption de la peau, une petite bosse rouge apparaît au site de la morsure de la tique. Cette rougeur s’étend, formant une plaque circulaire rouge plus claire au centre, chaude, de plusieurs centimètres de large, rappelant l’aspect d’une cible. Certaines personnes développent plusieurs rougeurs de ce type, indiquant que la bactérie se multiplie dans la circulation sanguine. Certaines personnes atteintes ne présentent aucune rougeur (20% des cas).


Les symptômes usuels de la maladie de Lyme sont : fièvre, frissons, fatigue, maux de tête et douleurs musculaires. La majorité des patients atteints de la maladie de Lyme peuvent être guéris par une cure d’antibiotiques de 2 à 4 semaines, 10% à 20% d’entre eux demeurent aux prises avec une forme chronique de la maladie et des symptômes persistants. La maladie de Lyme peut affecter un ou plusieurs systèmes (lésions articulaires, cardiaques, neurologiques, etc.) dans les semaines ou les mois qui suivent l’infection. Elle peut causer de l’arthrite, des douleurs et inflammations articulaires, particulièrement aux genoux, qui peuvent durer des années. Elle peut causer des problèmes neurologiques tels que la méningite, la Paralysie de Bell, l’engourdissement ou une faiblesse des membres ou des muscles. Elle peut aussi causer de l’arythmie cardiaque passagère, de l’inflammation des yeux, des troubles hépatiques et de la fatigue chronique.


De nombreuses preuves montrent que la bactérie Borrelia burgdorferi (Bb) peut se loger au niveau intracellulaire, dans les cellules endothéliales humaines, dans les astrocytes, dans les fibroblastes et dans les macrophages. Il a été prouvé que la bactérie Bb in vitro entre dans les lymphocytes B et sort en attirant la surface externe de la membrane des lymphocytes. La bactérie Bb in vitro peut changer de forme et adopter des formes kystiques résistantes aux antibiotiques. Ces découvertes montrent que l’impossibilité d’éradiquer la bactérie Bb lors d’une antibiothérapie peut être liée à une localisation intracellulaire in vivo, à une sélection de souches résistantes ou à une séquestration dans des sites (comme dans le système nerveux central) où la pénétration des antibiotiques peut être plus difficile. De plus. certains patients atteints de l’arthrite de Lyme, porteurs de l’allèle HLA-DR4 ou DR2, présentent une résistance aux antibiotiques.


Déjà en 2017, une équipe de chercheurs(1) avait évalué l’activité de 34 huiles essentielles contre la bactérie Bb sous sa forme dormante persistante. Voici les cinq huiles essentielles les plus puissantes à s’être démarquées:

  • l’origan,

  • la cannelle,

  • le clou de girofle,

  • la citronnelle et

  • le thé des bois.

Même à une concentration aussi faible que 0,25%, elles ont démontré une activité antibactérienne supérieure à la daptomycine contre la forme dormante et persistante de la bactérie Bb.


De plus, ces huiles essentielles ont démontré leur capacité à désagréger les biofilms. A ce niveau, ce sont l’origan, la cannelle et le clou de girofle qui se sont révélées les meilleures à complètement éradiquer touts les cellules et à empêcher toute nouvelle éclosion.


En 2018, la même équipe de chercheurs (2) a évalué 35 huiles essentielles supplémentaires et identifié 10 huiles essentielles et 1 extrait très actifs contre la forme dormante de la bactérie Bb à la faible concentration de 0,1% :

  • Allium sativum,

  • Pimenta officinalis (baies),

  • Cuminum cyminum,

  • Cymbopogon martini,

  • Commiphora myrrha,

  • Hedychium spicatum (fl.),

  • Amyris balsamifera,

  • Thymus vulgaris,

  • Litsea cubeba,

  • Eucalyptus citriodora et

  • le cinnamaldéhyde extrait de l’écorce de Cinnamomum verum (éc.)

À une plus faible concentration, 0,05%, Allium sativum, Pimenta officinalis, Cymbopogon martini et le cinnamaldéhyde continuent d’exercer une forte activité contre la forme dormante de la bactérie Bb. À une concentration de seulement 0,02% le cinnamaldéhyde demeure toujours très actif contre la bactérie Bb dans sa phase de réplication.


En conclusion


Les recherches doivent se poursuivre mais les huiles essentielles n’ont pas fini de nous dévoiler leurs secrets et de nous surprendre!


Références:

1-Jie Feng, Shuo Zhang, Wanliang Shi, Nevena Zubcevik, Judith Miklossy, and Ying Zhang, Selective Essential Oils from Spice or Culinary Herbs Have High Activity against Stationary Phase and Biofilm Borrelia burgdorferi, Front Med (Lausanne). 2017; 4: 169.

2- Jie Feng , Wanliang Shi , Judith Miklossy , Genevieve M. Tauxe , Conor J. McMeniman and Ying Zhang, Identification of Essential Oils with Strong Activity against Stationary Phase Borrelia burgdorferi, Antibiotics 2018, 7(4), 89

Posts récents

Voir tout